Accès directs


L'acte authentique : Transparence, Sécurité, Expertise, Service

Le notaire est le seul officier public habilité à délivrer l'acte authentique en savoir plus...


Annuaire des notaires


Newsletter

Recevez notre actualité par mail


Coordonnées

Chambre des Notaires de la Vendée
30, Rue Gaston-Ramon
85000 LA ROCHE-SUR-YON
France
 worktél:  02 51 37 14 96 faxfax:  02 51 37 88 52

Les différentes formes de sociétés agricoles

L’agriculture se modernise sans cesse, y compris sur le plan juridique. Petite exploitation agricole ou grand domaine, comment obtenir une meilleure rentabilité ? Comment en effectuer la transmission en évitant les mésententes ?

Face aux enjeux économiques, il peut être opportun de créer une société. Le choix du type de société dépend des objectifs de l’exploitant. Une mise en société permet de regrouper des moyens matériels, financiers et humains. La société assure par ailleurs la pérennité de l’entreprise (elle ne meurt pas). Elle permet aussi de préparer la transmission progressive de l’exploitation : il est plus facile de céder quelques parts que de partager du matériel ou un troupeau. Enfin, les patrimoines personnel et professionnel sont séparés et le capital d’exploitation est différencié du capital foncier.

On distingue trois grands types de sociétés. Tout d’abord les sociétés foncières. Le groupement foncier agricole (G.F.A.) a pour objet la création ou la conservation d’un ou de plusieurs domaines agricoles. Il suppose au moins deux associés (mari et femme par exemple). Le GFA permet de conserver le patrimoine foncier en dehors de l’exploitation proprement dite.

Quant aux sociétés de gestion ou d’exploitation, elles ont pour objet la gestion et l’exploitation d’un domaine agricole ou la réalisation d’un travail en commun, parfois dans des conditions comparables à celles d’une exploitation familiale (notamment sur le plan social). Les plus utilisées sont la société civile d’exploitation agricole (S.C.E.A.), le groupement agricole d’exploitation en commun (G.A.E.C.) et l’exploitation agricole à responsabilité limitée (E.A.R.L). Deux associés suffisent, mais en G.A.E.C., tous les associés doivent être exploitants. Ce qui n’est pas le cas en S.C.E.A. et en E.A.R.L. où des associés non exploitants sont admis.

Enfin, les sociétés commerciales sont parfois utilisées en agriculture, tels le groupement d’intérêt économique (G.I.E.), dont l’objet est de faciliter ou de développer l’activité de ses membres, la société en nom collectif (S.N.C.), la société à responsabilité limitée (S.A.R.L.) et la société anonyme (S.A.). Pour toutes ces sociétés, il est indispensable d’être bien conseillé.

Il s’agit de choisir la forme de société la mieux adaptée en tenant compte de la spécificité de l’activité agricole. Vos objectifs et vos moyens nécessitent une analyse. Votre notaire, spécialiste du droit de la famille et du patrimoine, vous accompagnera sur le plan tant juridique que fiscal. D’autant que dans certains cas, les statuts de la société doivent être impérativement rédigés par acte authentique (notarié) pour vous protéger de toute remise en cause ultérieure.

Dernière mise à jour : 09/10/09 - ©Notaires de France